Journal de France

Paroles libres de français

Jean-Michel Aphatie contre le maréchal Bugeaud

Jean-Michel Aphatie contre le Maréchal Bugeaud

Quand les moralisateurs devraient se taire.

S’il y a quelque chose que j’aime savourer, c’est certains mots et certaines phrases de certains journalistes...
Prenons l’exemple de Jean-Michel Aphatie, qui considère que le maréchal Bugeaud était un salopard.
Jean-Michel Aphatie, comme tant d'autres, s'est égaré dans la haine de la France et de son histoire, oubliant que toutes les civilisations de tous les continents ont fait des bonnes choses comme des mauvaises. L’histoire est ce qu’elle est, ni parfaitement vertueuse, ni parfaitement délétère. Il faut la prendre telle qu’elle est car toute tentative intempestive de réécriture ne conduirait qu’à la falsification et au mensonge. Et puis, les considérations d’aujourd’hui se laissent principalement mener par émotion infantile – qui nous dit qu’il ne faudra pas réécrire, dans un ou deux siècles, ce qui aura été réécrit aujourd’hui ?

Jean-Michel Aphatie veut débaptiser l'avenue du Maréchal Bugeaud

Mais Jean-Michel Aphatie subit pourtant exactement ce qu'il commet lui-même, puisque personne, et surtout pas moi, ne se privera de lui reprocher ses homards qu'il a été manger dans la résidence de François de Rugy, Président de l’Assemblée Nationale. Mais vous me direz, on ne risque pas de lui ériger une statue ou de lui graver une plaque à lui…

Jean-Michel Aphatie le destructeur du patrimoine

Car si seulement Aphatie ne s'en était pris qu'au Maréchal Bugeaud, nous aurions pu entendre ses arguments. Seulement n'oublions pas que Jean-Michel Aphatie c'est aussi l'homme qui voudrait détruire le Palais de Versailles. Il n'en est donc pas à sa première saillie concernant le patrimoine de la France.
C’était en 2016 sur la chaîne Public Sénat pour commenter les élections américaines. Ce jour-là, il affirma avec morgue : “Moi, si un jour, je suis élu Président de la République, savez-vous quelle est la mesure que je prendrai ? Je raserai le château de Versailles. Ce serait ma mesure numéro un, pour que n’allions pas là-bas en pèlerinage cultiver la grandeur de la France.”

Il oublie, de plus, une chose importante : c'est que si des châteaux comme celui de Versailles furent bâtis pour des rois ; le dur labeur fut celui du peuple. En affirmant vouloir détruire un tel édifice, tu craches non seulement sur les rois et sur l'histoire de ton pays, mais aussi sur la sueur de son peuple. Nos monuments, nos cathédrales, nos statues ont été édifiés par des gens du commun, des ouvriers et des artisans. C'est leur leg à leurs descendants : nous. Et toi, Jean-Mich, tu veux piétiner cela. Tu devrais crouler sous la honte.

Concernant le maréchal Bugeaud

Jean-Michel Aphatie est très fort quand il s'agit de rappeler les actions, il est vrai, cruelles du Maréchal Bugeaud. Seulement, non seulement il ne s'arrête qu'à l'épisode algérien de cet homme qui s'est battu toute sa vie pour la France, et s'est illustré lors de nombreuses batailles, mais en plus, il ne va jamais relever les atrocités commises par ceux contre qui il se battait. L'anti-France, toujours.

Pour comprendre le maréchal Bugeaud, il faut regarder son histoire : celle d'un homme qui se donne corps et âme à sa patrie, qui ne discute pas les ordres et qui, malgré son ascendance noble, s'est érigé à ce rang en commençant quasiment au bas de l'échelle (débuts en tant que vélite dans les grenadiers à pieds de la Garde Impériale, il est promu caporal à Austerlitz).


Ensuite, Aphatie omet un point essentiel à propos des « enfumades » qu'il reproche à Bugeaud (technique consistant à asphyxier des personnes abritées dans une grotte en allumant devant l'entrée des feux qui consomment l'oxygène), c'est que Bugeaud avait déconseillé la conquête de l'Algérie, déplorant « une possession onéreuse dont la nation serait bien aise d'être débarrassée. »
Comme il avait raison...

Enfin, Aphatie, affirme que Bugeaud aurait, par son action (les enfumades, donc), "inventé les chambres à gaz" ; rien que ça !
Outre le fait que le parallèle est grossier (il s'agit une fois encore de faire appel à l'émotion plus qu'à la raison), une simple visite sur wikipédia nous donne cette citation de Bugeaud : « Si ces gredins [les Arabes] se retirent dans leurs cavernes, imitez Cavaignac aux Sbéhas ! Fumez-les à outrance comme des renards. »
Ainsi, l'ire d'Aphatie s'en retrouve d'autant plus malvenue que Bugeaud n'a rien inventé du tout !

maréchal Bugeaud

Accordons-nous sur ce point : Bugeaud est loin d'être un homme irréprochable – il est l'exemple typique du militaire capable de toutes les atrocités pour obéir aux ordres. Il le disait lui-même, et fut déjà raillé à son époque pour cela : « L'obéissance est le premier devoir du soldat. »
Néanmoins ses qualités, ses victoires et son mérite valent d'être soulignés et justifient qu'on lui dédie le nom de certaines rues. Si tous les ennemis de la France voulaient voir débaptisées les rues des hommes les ayant affrontés, et si la France faisait de même avec les pays l'ayant attaquée ; et si tous les pays du monde adoptaient cette même posture revancharde et accusatrice les uns envers les autres ; alors il ne resterait plus beaucoup de rues nommées, car il en va ainsi de l'histoire de l'humanité qu'elle fut parsemée de guerres et de conflits.
Mais pour le comprendre, il faut sans doute une certaine maturité ; qualité dont semble ne pas disposer M. Aphatie.
D'ailleurs, votre posture, M. Aphatie, ne fait que nourrir la discorde et l'esprit de vengeance ; loin de vos objectifs assumés. Non seulement vous salissez votre pays, mais vous salissez aussi votre cause. Si les algériens d'aujourd'hui, qui n'ont rien subi, continuent d'en vouloir aux français d'aujourd'hui, qui n'ont rien commis : et si les deux en viennent à ne plus pouvoir se piffer ; c'est à cause de gens comme vous bien plus que des "zextrêmes".

Entre construire ou détruire, il faut choisir

Il y a très longtemps de cela, j’adorais écouter Philippe Alexandre qui expliquait les arcanes du pouvoir avec une certaine sincérité et un certain savoir.
Aujourd’hui, chez les commentateurs, la jeunesse est au pouvoir. Alain Duhamel est en train d’atteindre la date limite de péremption ; Jean-Pierre Elkabbach, n’en parlons même plus, cela fait longtemps que son incompétence a crevé les plafonds de la tolérance. Heureusement, d’autres rehaussent un peu le niveau qui, sans cela, serait au ras des pâquerettes. Cessons d’insulter l’histoire, Monsieur Jean-Michel Aphatie. Ce qui a été fait ne peut être défait. Il serait temps de regarder l'avenir plutôt que de vouloir sans cesse détruire le socle sur lequel nous nous appuyons. C'est parce que nous écoutons des gens comme vous que nous n'avançons plus, et que ce pays semble n'avoir plus rien de grandiose à offrir.

Cela vous fait plaisir, Monsieur Aphatie, lorsqu’on vous reproche les homards des mois durant ? J’imagine que non. Alors cessons d’insulter notre histoire et de cracher sur nos vieux héros parce qu’ils ne remplissaient pas le catalogue de la morale édifié dans les universités américaines, produit par des gens acculturés qui veulent évacuer la frustration d’une existence vaine et médiocre, et allons tous de l’avant.
La morale est fluctuante, Monsieur Aphatie, et la vôtre, qui a régné durant plusieurs décennies, touche déjà à sa fin. Ce sera pour le mieux, car vous, et ceux de votre acabit, n'avez rien produit de bon. Vous parlez du bilan des morts, mais le vôtre est, au mieux inexistant, au pire minable.

Le pays a grand besoin d'espoir, de pouvoir se tourner vers un avenir qui fasse rêver. Au lieu de cela, des gens comme vous nous ramènent sans cesse vers le passé ; et le font mal, par-dessus le marché, avec des erreurs d'interprétation de collégien.

Vous voulez effacer le passé, alors qu'il faudrait vouloir écrire l'avenir. Le chantier est énorme, et nous avons autre chose à faire, peut-être, que de débaptiser des rues, détruire des statues, et mettre le feu à notre histoire. Car à vouloir tout effacer, nous nous exposons simplement à ce que tout recommence. Et ça, vous ne l'avez même pas compris. Étonnant, non ?

Il est tard, je suis fatigué. Je vais prendre un suppo, et je vais aller me coucher.

Arthur de la RivaudièreArthur de la Rivaudière (2020-06)


Sources :
Aphatie et le maréchal Bugeaud
Aphatie et les homards de De Rugy
Jean-Michel Aphatie voudrait débaptiser l’avenue Bugeaud à Paris !